Version Mobile
bientôt disponible

Prêt passé

Félix Fénéon (1861-1944), les arts lointains

Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

partager

28 05 . 19

29 09 . 19

À propos

Commissaires

Isabelle Cahn
Philippe Peltier

Dates

Du 28 mai 2019 – 29 septembre 2019

Description

Les musées d’Orsay et de l’Orangerie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac et The Museum of Modern Art, New York, rendent pour la première fois hommage à Félix Fénéon (1861-1944), acteur majeur du monde artistique de la fin du XIXe siècle et du tournant du XXe siècle. Anarchiste, directeur de revues, marchand d’art, prodigieux collectionneur, Fénéon a défendu une vision décloisonnée de la création au moment du basculement de l’art vers la modernité et œuvré pour la reconnaissance des arts extra-occidentaux.

Auteur en 1920 du vibrant plaidoyer « Seront-ils admis au Louvre ? », il interroge, dans un article qui deviendra l’un des textes fondateurs du musée du quai Branly – Jacques Chirac, le statut des « arts lointains », soixante-dix ans avant le manifeste de Jacques Kerchache. Un engagement qui va de pair avec le développement d’une extraordinaire collection personnelle où figure, auprès de toiles de ses amis Seurat, Vuillard, Toulouse-Lautrec, Braque, Matisse ou Modigliani, l’un des plus importants ensembles d’arts d’Afrique et d’Océanie de l’époque – comptant en son sein la statue Fang Mabea. Voici une collection de référence, dont le rayonnement mondial et l’influence sur l’avant-garde artistique des années 30 ne sont plus à démontrer.

Le deuxième volet de l’exposition s’intitulera « Félix Fénéon (1861-1944). Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse » et sera présenté au musée de l’Orangerie du 16 octobre 2019 au 27 janvier 2020. Il montrera les différentes facettes de ce personnage singulier, au physique de quaker et à l’humour pince-sans-rire, qui sut concilier carrière de fonctionnaire modèle, engagement artistique et convictions anarchistes.

Exposition organisée par le musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris, les musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris et The Museum of Modern Art, New York.

La presse en parle

Félix Fénéon (1861-1944). Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse

Alexandre Lafore - La Tribune de l'Art

13/01/2020

Quelques années après s’être intéressé à l’activité de critique d’art du poète Guillaume Apollinaire, qui avait fait l’objet d’une superbe exposition au printemps 2016, le Musée de l’Orangerie accueille somptueusement Félix Fénéon, l’un des pères fondateurs de l’art moderne, à proximité des salles qui abritent ordinairement la collection d’un autre précurseur, Paul Guillaume.
Découvrir

Exposition : Félix Fénéon, si proche des « arts lointains »

Philippe Dagen - Le Monde

30/05/2019

Félix Fénéon (1861-1944) est une légende, le saint patron de la critique d’art et l’un des héros d’un épisode essentiel de la culture moderne, la reconnaissance des arts d’Afrique et d’Océanie. Il est d’abord le plus précoce et précis défenseur du néo-impressionnisme de Georges Seurat et le plus sévère dénonciateur de toute banalité conventionnelle et académique.
Découvrir

Expositions. Le Quai Branly ouvre l’enquête sur la collection Félix Fénéon

Lucie Servin - L'Humanité

06/08/2019

On le connaît souvent pour ses Nouvelles en trois lignes, haïkus de faits divers à l’humour froid. Trop oublié aujourd’hui, à cheval entre deux siècles, Félix Fénéon (1861-1944) a joué un rôle central pour les avant-gardes de son époque et pas seulement les « néo-impressionnistes » comme Signac et Seurat, auxquels il a donné leur nom.
Découvrir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/