Version Mobile
bientôt disponible

Actualité

Kinshasa chroniques

  • Date

    03 . 06 . 21

partager

Chaque individu enraciné dans Kinshasa, ville immense, conserve dans sa mémoire des
fragments d’une histoire complexe.

L’exposition Kinshasa chroniques a choisi de se tenir à distance des images de chaos et de
misère trop souvent accolés à la capitale de la République démocratique du Congo. Mais les
70 artistes dont beaucoup sont très jeunes, ont choisi de donner à voir le dynamisme, la
turbulence et la richesse d’une culture urbaine qui se renouvelle sans cesse. Toutes les
formes d’expression ont droit de cité.

Photographies, dessins, peintures, installations, vidéos et performances, bousculent les
repères, ébranlent les certitudes, dénoncent les préjugés et les injustices, mais produisent
aussi de la joie et de l’espoir.

Eric Androa Mindre Kolo enchante la mort. Absence, installation émouvante, met en scène
des souvenirs : un père trop tôt disparu, des cérémonies funéraires qui ponctuent la vie
religieuse et sociale, car les parents, les amis sont toujours nombreux à partir. L’œuvre a été
conçue comme un espace de recueillement et d’hommage. Sur les murs tendus d’étoffes
blanches sont fixés des portraits photographiques d’artistes, de personnalités religieuses ou
politiques. Sur un cercueil, totalement recouvert d’une accumulation de fleurs artificielles et
multicolores est posé un écran : passe en boucle une performance de l’artiste.
Des images qui s’affranchissent du temps pour conjurer la mort.

 

Kinshasa chroniques, Cité de l’architecture et du patrimoine jusqu’au 5 juillet 2021.
1, place de Chaillot, Paris 16e
Commissariat général : Dominique Malaquais
Commissariat associé :
Claude Allemand, Sébastien Godret, Eric Androa Mindre Kolo, Fiona Meadows.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/