Version Mobile
bientôt disponible

Exposition passée

Initiés

Bassin du Congo

  • Lieu

    Musée Dapper

partager

09 10 . 13

06 07 . 14

À propos de l'exposition

Description

Exposition Initiés

Les initiations représentent des étapes déterminantes dans la vie des êtres humains. Elles scandent l’existence sans possibilité de retour en arrière : elles impliquent une transformation définitive. En Afrique, elles sont souvent orchestrées par les sociétés qui en font des passages obligés pour accéder à une position particulière. Les plus connues concernent la transition vers le monde des adultes, mais les rituels qui accompagnent la naissance, la mort ou d’autres changements de statut en font également partie. Elles étaient autrefois habituelles en Afrique centrale. Aujourd’hui, elles disparaissent progressivement ou perdent leur implacable rigueur. Elles résistent mal aux exigences de la vie contemporaine, aux rythmes scolaires, aux religions importées, à l’exploitation économique, à l’instabilité politique et aux pressions normatives de la mondialisation.

L’exposition réunit des oeuvres de collections privées et publiques – musée Dapper, Wereldmuseum de Rotterdam, Museum aan de Stroom d’Anvers –, mais surtout, fait exceptionnel, un nombre conséquent de pièces majeures du musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Belgique). En effet, la fermeture de ce dernier pour rénovation permet d’en présenter au public du musée Dapper d’importantes séries d’objets et de les mettre en valeur.

Initiés

Masques de Romuald Hazoumè

Les masques sont des agents incontournables dans presque toutes les initiations : ils inquiètent, ils enseignent, ils protègent, ils infligent des épreuves, ils dévoilent leurs secrets et participent activement à la quête identitaire.

Ceux de Romuald Hazoumè s’inscrivent admirablement bien dans le bouillonnement créateur des grandes transformations, générant surprises et interrogations. Ses oeuvres sont aussi le résultat d’un processus initiatique, celui qui a mené cet artiste béninois, aujourd’hui célèbre, à interroger son rôle et à explorer de nouvelles pistes de réflexion sur la société de consommation : le gaspillage révoltant de l’Occident et les enjeux de la récupération en Afrique. Lui-même a évolué dans un milieu où le christianisme se frottait aux rites du vaudou béninois, s’en imprégnait, s’y mêlait. Il observe avec humour, mais sans aucune condescendance, le choc de cultures dont il éprouve les limites par le biais de sa démarche artistique. Ses masques, bien évidemment, rappellent ceux des initiations africaines, mais ils évoquent aussi ceux pour lesquels l’Occident conçoit un engouement suspect et, parce qu’ils sont bidons au sens propre et figuré, ils nous renvoient nos contradictions, nos questionnements sur l’authenticité, notre dévotion pour l’Art et ses manifestations.

Sur scène dans un magnifique « boubou », l’artiste aux dons de comédien a évoqué son parcours et commenté un choix de ses oeuvres, avec autant d’engagement que d’humour. Voici quelques moments choisis de cette promenade rare, guidée par le créateur lui-même, sous la forme d’extraits retranscrits de ses propos

Le monde yoruba et le fa

Le babalawo, qui signifie en yoruba « l’homme qui connaît le secret, qui a la connaissance », est un grand prêtre du fa. Nous, les Yoruba, avons réfléchi depuis toujours, comme le reste du monde, sur la vie, la mort, la femme, l’homme… Nos réponses ont été traduites dans la géomancie divinatoire, une zone de connaissance qui s’étend du bas occidental nigérian au bas occidental ghanéen et se nomme, chez nous au Bénin, le fa.

Au commencement la peinture

En Afrique, on a toujours fait de la peinture, mais pas comme les Occidentaux l’ont toujours pensé. Notre peinture, elle n’est pas faite sur des toiles au départ, elle est faite sur des tissus comme celui de mon boubou, ou sur des maisons. Autrefois on utilisait de la bouse de vache, ou de l’indigo pour embellir nos maisons. Moi j’ai commencé par la peinture, et dans cette série intitulée « Signes », j’ai simplement « piqué » cette technique-là aux femmes qui en sont les meilleures manipulatrices et l’ai appliquée à cette connaissance que l’on appelle le fa. Il faut comprendre que le fa n’est pas un vaudou. Ce n’est pas un orisha. Un vaudou peut être bon ou mauvais, le fa n’est ni bon ni mauvais. Que dit-il ? Il dit qu’il est les quatre éléments à la fois et le résultat de ces quatre éléments combinés. Dans l’une de mes toiles, le carré dans le rond représente la terre. Ce signe dit que nous sommes tous terre et deviendrons tous terre. Nos aïeux qui ne savaient pas écrire à l’époque ont choisi ce signe pour transmettre ce qu’ils savaient sur la mort.

Je suis un artiste africain

Beaucoup de mes collègues ne veulent pas être assimilés à « l’artiste africain », or, moi, je suis un artiste africain, je n’ai pas peur de le dire, mais je fais partie de toute la bande d’artistes du monde, et je continue de vivre en Afrique parce que je suis un arè, j’ai un rôle à jouer pour la culture de mon peuple, je tiens à ce rôle-là et je n’ai jamais eu peur de me mettre dans un aussi magnifique boubou que celui d’aujourd’hui, pas plus que de me promener à Londres, Paris ou Sydney dans mon énorme boubou car moi, Romuald Hazoumè, je sais d’où je viens et que cela me suffit. C’est comme si on avait honte de notre culture. Ceux qui se fondent au milieu de mille artistes français n’existeront pas tant qu’ils ne feront pas mieux que ces artistes français. La seule chose que nous avons à vendre c’est ce que nous connaissons le mieux, c’est notre culture, pas celle des autres, et c’est ça être un artiste africain aujourd’hui. Pour moi.

Coiffures

Il faut savoir que chez nous, autrefois, la femme avait une carte d’identité matrimoniale que l’on pouvait percevoir dans sa coiffure. Femme libre, mariée, femme qui a des enfants des deux sexes, femme nymphomane, oui, aussi, chacune a une coiffure donnée qui crée un langage connu des femmes entre elles. Il existe même une coiffure indiquant celle qui n’est intéressée que par l’argent. Ce langage est quelque chose que l’on a perdu. Cette mèche (voir p. 222 du livre Initiés, bassin du Congo) est portée aujourd’hui, venue de Chine, par des gamines de douze ou seize ans qui ignorent qu’elle est à l’origine réservée à la femme ménopausée… Et moi je continue de porter cette culture-là, qui est riche et que je ne veux pas perdre.

 

La presse en parle

Agence d'information d'Afrique centrale

Béatrice Jaulin

09 octobre 2013

Une exposition exceptionelle ouvre ses portes au musée Dapper ce 9 octobre avec la présentation d'un ensemble d'oeuvres (masques, statuettes, parures, insignes de dignité...) qui jettent un éclairage unique sur les pratiques initiatiques de la région du Bassin du Congo
Découvrir

Black Map

10 octobre 2013

Coup de coeur garanti. Voici une nouvelle exposition "dapperienne" superbe ! On peut dire que grâce aux masques les personnalités et les événements se dévoilent ou se révèlent. [...] Venez nombreux rejoindre le cercle grandissant des seuls initiés et, surtout, celui des amoureux de l'art africain ancien et ultra contemporain, grâce à Romuald Hazoumé artiste engagé passionnant et chaleureux, grand initié de l'humour décalé, aussi. Rare !
Découvrir

RFI

Sébastien Jédor

10 octobre 2013

Initiés, bassin du Congo», une expérience initiatique au musée Dapper. C'est la nouvelle exposition phare du musée Dapper à Paris, l'un de ceux où l'on peut voir le plus d'oeuvres africaines. Du 9 octobre jusqu'au 6 juillet 2014, Initiés, bassin du Congo nous plonge dans un monde plein de mystères, avec 150 pièces d'une grande richesse, venues surtout de la République démocratique du Congo.
Découvrir

Télérama Sortir

Bénédicte Philippe

10 octobre 2013

Cent cinquante oeuvres exceptionnelles, issues de collections publiques européennes majeures et d'importants prêts privés, illustrent ce cheminement initiatique d'une densité intense : masques, coiffes, parures, statuettes... Coup de coeur aussi, en ouverture, pour les masques contemporains de Romuald Hazoumè, artiste béninois.
Découvrir

The Huffington Post

Jérôme Stern

11 octobre 2013

Masques, statuettes, pendentifs, ces attributs des rites de passage à l'âge adulte ou à la formation des adultes sont la marque, visible, d'une personnalité devenue nouvelle dans plusieurs tribus du bassin du Congo. Le "petit" musée Dapper propose sur ce sujet une exposition initiatique. A découvrir.
Découvrir

Options

Jean-Pierre Léonardini

Février 2014

Ce qui nous frappe, au vu de chaque pièce, c'est bel et bien le fini dans l'exécution à partir des moyens du bord offerts par la nature : le bois en différentes essences ; les cauris, petits coquillages blancs ; les plumes ; le raphia ; le cuir ; l'ivoire ; les fibres végétales ; le tissu ; le métal ; le kaolin pour blanchir les masques...

Les partenaires de l'exposition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/