Version Mobile
bientôt disponible

Half of a Yellow Sun

Cinéma

Événement passé

Half of a Yellow Sun

Une fiction de Biyi Bandele

partager

20 05 . 17

À propos de l'événement

Projection

Suivie d’une rencontre, animée par Brice Ahounou, journaliste et anthropologue, avec le réalisateur Biyi Bandélé

Spécificités techniques

2013, Nigeria / Royaume-Uni, 106 min. Avec Chiwetel Ejiofor, Thandie Newton, Genevieve Nnaji, Wale Ojo, Anika Noni Rose, OC Ukeje…

À propos

Un amour dans la tourmente de l’histoire

Un film inédit en salles en France et interdit au Nigeria

 

Après avoir brillamment terminé leurs études en Angleterre, Olanna et Kainene, deux soeurs jumelles, retournent au Nigeria, leur pays d’origine. Très vite, leurs chemins se séparent. Olanna devient professeure de sociologie et part rejoindre Odenigbo, son amant, dans le nord du pays. Kainene, quant à elle, doit désormais s’occuper de l’entreprise de son père. Femme d’affaire déterminée et indépendante, elle finit par s’éprendre de Richard, un écrivain anglais. Bientôt la vie des deux jeunes femmes bascule. Après la création de la république du Biafra, la guerre civile déchire le pays.

Tiré du bestseller éponyme de l’auteure nigériane Chimamanda Ngozie AdichieHalf of a Yellow Sun dépeint les déboires sentimentaux de deux soeurs sur fond de guerre civile. La moitié de soleil annoncée dans le titre est celle qui orne le drapeau du Biafra. Un soleil éphémère, souvenir de ce pays qui, après avoir fait sécession avec le Nigeria, fut ravagé par la guerre et la famine de 1967 à 1970.

Si Half of a Yellow Sun est un film d’amour, une vaste fresque romanesque sur fond de guerre civile, c’est avant tout une oeuvre personnelle et intimiste, qui entend proposer un regard sur l’histoire de l’Afrique et mener des réflexions pertinentes sur les tragédies qui s’y déroulent. En l’espace d’un film de pauvres âmes passent du bonheur au malheur, un visage de beauté est défiguré pour sombrer dans l’horreur, un pays a le temps de se faire et se défaire. Une République éphémère symbole de l’instabilité non seulement du Nigeria, mais par extension de ces pays d’Afrique à la recherche d’une existence paisible que l’on croirait presque impossible tant le sort semble s’acharner.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/