Version Mobile
bientôt disponible

Pierre Vanneste

Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

Art contemporain

Pierre Vanneste

  • Pays :

    Belgique

  • Médium :

    Cinéma, Photographie

partager

À propos de l'artiste

Du 29.03.19 au 28.04.19

Exposition Vivre ! Photographies de la résilience

Pierre Vanneste - Biographie

Pierre Vanneste est un photographe et réalisateur belge, diplômé en photographie de l’INRACI (L’Institut national de radioélectricité et cinématographie) de Bruxelles. Il est spécialisé dans le documentaire transmédia. Dès 2015, Pierre Vanneste entreprend un reportage sur l’exploitation des ressources halieutiques mondiales et son impact économique et social. En 2018, l’artiste avait cosigné le webdocumentaire Bargny, ici commence l’émergence avec Laurence Grun sur les effets climatiques de cette commune située à trente kilomètres de Dakar.

Pierre Vanneste, Série « Dremmwel », 2015-2018

À travers les images de « Dremmwel » — « horizon » en breton —, le photojournaliste Pierre Vanneste attire l’attention sur les conséquences dramatiques de l’exploitation des ressources de la mer. Ce web documentaire a été réalisé entre 2015 et 2018 dans différents pays d’Europe et au Sénégal. L’un des deux clichés en noir et blanc de « Dremmwel » retenus par la Fondation Dapper nous fait pénétrer sur le site de transformation de « Pentium Sénégal », à Thiaroy-sur-Mer. Le travail sur la lumière accentue la présence de la chèvre qui déambule à proximité d’une énorme quantité de poissons mis à sécher sur le sol.

INTERVIEW

Comment avez-vous entendu parler de l’appel à candidatures organisé par la Fondation ?
C’est un ami photographe qui m’a envoyé un lien vers le site de la Fondation Dapper, lors de l’appel à candidatures.

Pourquoi le choix de la photographie comme médium ?
Je suis photographe documentaire et réalisateur. J’ai toujours travaillé l’image pour traiter les sujets que je souhaitais aborder.

Un photographe qui vous inspire ?
Un photographe c’est compliqué (…) je contourne/transforme la question :
Chris Marker comme réalisateur & John Lowenstein, Massimo Berruti ou Léonard Pongo comme photographe.

Quelques mots au sujet des photographies que vous exposez à Gorée ?
Ces photos sont issues d’un projet web-documentaire qui se nomme «DREMMWEL». C’est un projet de photographies et de vidéos qui traite de l’exploitation des ressources halieutiques, par le biais des travailleurs de la mer.

Une photographie d’un autre artiste de l’exposition Vivre ! qui vous touche ?
J’aime beaucoup l’image avec tous ces écrans à côté d’un homme, elle traite de l’obsolescence programmée je pense. (Obsolescence Définitivement Programmée, série « Anarchie productive », Fototala King Massassy)


Votre principale source d’inspiration ?
Le rapport de l’homme à son environnement et la projection dystopique que l’on peut en faire.



Votre moment préféré pour shooter ?
Lorsque j’ai un sujet à traiter, étant donné que je fais davantage du reportage documentaire, je m’adapte assez souvent au terrain et au sujet.

Quelque chose qui vous fait sourire ?
Je vais dire que ce qui me rend heureux (sourire) c’est voyager et me confronter au monde qui m’entoure, apprendre des choses en faisant du terrain. 

Qui vous révolte ?
 Ce qui me révolte c’est la domination d’un être sur un autre, peu importe sa forme.

Actualités de l'artiste

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/