Version Mobile
bientôt disponible

Kuyu

Kuyu

Arts anciens

Statue

  • Peuple :

    Kuyu

  • Pays :

    République du Congo

  • Fonction :

    Statue

partager

À propos de l'œuvre

Caractéristiques

Bois et pigments
H. : 88 cm
Fondation Dapper, Paris
Inv. n° 0654
© Fondation Dapper – Photo Hughes Dubois.

description

Dans les dernières années du XXe siècle, quelques Kuyu âgés arboraient encore des chéloïdes, signes identitaires reproduits sur les statues. Qu’elles soient féminines, masculines, asexuées ou androgynes, les figures des statues Kuyu ont le visage et le torse abondamment scarifiés. Cependant, la nature des motifs et leur disposition sur le corps peuvent varier. Ici, le personnage est représenté nu avec la coiffure classique en forme de casque. Les marques tégumentaires frontales épousent la forme des cauris, généralement associés à la fécondité et à la richesse. Les joues sont également couvertes de chéloïdes, ce qui est plus rare dans les autres statues kuyu.

Dans l’est du pays kuyu, les statues participent aux cérémonies du djo où l’on fait revivre la cosmogonie. L’administrateur colonial Alfred Poupon a rapporté, au début du XXe siècle, que le créateur du monde pour les Kuyu est le dieu serpent Djo qui a donné naissance à Ebongo. Substitut de Djo, l’ancêtre primordial des hommes est hybride car encore serpent, mais aussi humain, à la fois mâle et femelle. Les scarifications visibles sur le torse évoquent les écailles du serpent mythique. D’autres marques sont empruntées au reptile : la protubérance temporale qui imiterait son œil latéral et les fines dents épointées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/