Version Mobile
bientôt disponible

Kuyu

Arts anciens

Statue

  • Peuple :

    Kuyu

  • Pays :

    République du Congo

  • Fonction :

    Tête

partager

À propos de l'œuvre

Caractéristiques

Bois et pigments
H. : 107 cm
Anciennes collections d’Aristide Courtois et de Charles Ratton
Fondation Dapper, Paris
Inv. n° 0657
© Archives Fondation Dapper – Photo Hughes Dubois.

Principales expositions

  • Afriques. Artistes d’hier et d’aujourd’hui, Fondation Clément (Martinique), 21 janvier – 6 mai 2018.
  • Charles Ratton, l’invention des arts primitifs, musée du quai Branly (Paris), 24 juin – 22 septembre 2013.

description

Autrefois, les Kuyu vivant dans l’ouest de la République du Congo considéraient qu’ils descendaient de la panthère, tandis que ceux de l’est vénéraient comme leur ancêtre un serpent sacré, une sorte de vipère cornue appelée Djo. Le culte qui lui était rendu mettait en scène le mythe des origines où l’animal sacré apparaît comme le créateur de l’univers. Les danses cultuelles du kiephe-kiephe faisaient intervenir des figures présentant le plus souvent des bras collés le long du buste et se terminant par des mains aux doigts palmés. Les dessins sur les bras ou sur le buste rappellent la peau d’un serpent. Des motifs en forme de cauris – ces coquillages symbolisent la protection – ornent une coiffure, un front, un vêtement.

Les traits du visage confèrent un aspect inquiétant aux créatures mi-humaines mi-animales que semblent incarner les sculptures kuyu : les yeux globuleux ne sont pas complètement ouverts, le nez ressemble à un mufle et les dents sont acérées. Elles évoquent celles d’un félin prêt à déchiqueter sa proie. Serait-ce une allusion à la panthère, animal « totémique » ?

La présence d’un singe juché sur la tête du personnage de l’œuvre présentée ici évoque la proximité de l’homme et de cet animal. Chez les Kuyu, le singe est étroitement lié à l’univers rituel. Lors de l’initiation des garçons, l’officiant frottait leur visage avec la peau de cet animal afin de leur ouvrir les yeux sur le monde invisible.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/