Version Mobile
bientôt disponible

Fang

Arts anciens

Figure de reliquaire eyema biery

  • Peuple :

    Fang

  • Pays :

    Gabon, Guinée équatoriale

  • Fonction :

    Figure

partager

À propos de l'œuvre

Caractéristiques

Figure de reliquaire eyema biery
Bois et pigments
H. tot. : 56 cm ; H. figure : 43 cm
Anciennes collections de Georges de Miré,
de Louis Carré (1931), de Jacob Epstein
et de Carlo Monzino
Fondation Dapper, Paris
Inv. n° 2891
© Archives Musée Dapper – Photo Hughes Dubois.

Principales expositions

  • Exposition d’art africain et océanien, Paris, galerie du Théâtre Pigalle, 1930 [n° 175] ; Primitive African Sculpture, Londres, Lefevre Galleries, 1933 [n° 77] ;
  • African Negro Art, New York, Museum of Modern Art, 1935 [n° 356] ;
  • The Epstein Collection of Tribal and Exotic Sculpture, Londres, Arts Council of Great Britain, 1960 ;
  • ‘Primitivism’ in 20th Century Art: A nity of the Tribal and the Modern, New York, Museum of Modern Art, 1984-1985, Detroit Institute of Arts, Dallas Museum of Art, 1985 ;
  • African Aesthetics: The Carlo Monzino Collection, New York, Center for African Art, 1986 [n° 101].

description

Figure de reliquaire eyema biery

Considérée aujourd’hui encore comme une icône des arts de l’Afrique, cette figure de reliquaire eyema biery fut exposée à Paris en 1930, à la galerie du Théâtre Pigalle, avec environ trois cents autres pièces du continent sélectionnées par les marchands Charles Ratton, Pierre Loeb et le poète Tristan Tzara. Lors de sa présentation à l’exposition Primitive African Sculpture aux Lefevre Galleries à Londres en 1933, elle fut surnommée « la Vénus pahouine » en raison de ses courbes harmonieuses.

En réalité, l’esthétique de cette pièce correspond à des codes précis maîtrisés ici de façon exceptionnelle par le sculpteur. La dynamique du corps est conçue selon un parfait équilibre des formes. Sous le cou relativement épais et court se développe le buste sur lequel prennent place de petits seins ; des volumes fortement marqués s’arrondissent pour donner de la consistance aux épaules et aux bras. Les membres inférieurs sont traités dans le même esprit, tout en rondeur : les jambes sont imposantes et les mains reposent sur les cuisses puissantes, une des attitudes caractéristiques des figures de reliquaire fang. La sensualité du dos est accentuée par un motif en losange dessinant la colonne vertébrale et par un creux à la base des reins dont la cambrure s’affirme juste au-dessus du fessier. Celui-ci assoit son volume généreux sur un long manche destiné à ficher la figure dans la boîte reliquaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/