Spectacles

Avec Gisèle Pineau

Dans le cadre de Mémoire partagée 2007

 

Mercredi 2 mai


L'écrivaine évoquera les femmes qui l'ont profondément marquée.
Des extraits de son dernier livre Mes quatre femmes seront lus par la comédienne d'origine guadeloupéenne Marie-Noëlle Eusèbe.

Médiatrice : Osange Silou-Kieffer



Mes quatre femmes, Gisèle Pineau

Comment devient-on écrivain ? Qui parle en vous ? Qui vous raconte les histoires qu'à votre tour vous écrirez ? Pour répondre à ces interrogations, Gisèle Pineau a choisi de remonter vers les vies de quatre femmes. Celles qui l'ont construite. Angélique, l'ancêtre esclave qui connut les temps perturbés de l'abolition puis du rétablissement de l'esclavage, Angélique qui gagna sonpineau guadeloupe affranchissement et finit par épouser le Sieur Pineau. Julia, la grand-mère, profondément attachée à son île la Guadeloupe, qui fut contrainte à l'exil pour fuir un mari trop violent, Julia qui passa six années dans une cité du Kremlin-Bicêtre, priant Dieu chaque jour de la renvoyer à sa terre, cette terre qu'elle offrit en paroles, pour toujours, à sa petite-fille. Gisèle, la grand-tante, celle qui porta la première le prénom, qui se laissa mourir de chagrin, après qu'elle eût perdu son jeune époux. Et puis Daisy, la mère, l'épouse du père militaire qui, un jour, revint d'Indochine avec une autre femme et deux enfants. Daisy, qui au plus gris de l'exil, se tint toujours debout pour ses enfants. Dans son livre, le plus personnel - et peut-être le plus émouvant -, Gisèle Pineau fait revivre ces quatre femmes dans la «geôle noire» de sa mémoire. Quatre femmes, quatre époques de l'histoire antillaise, quatre destins éclairés par l'écriture juste, forte et poétique de l'écrivaine.

Éditions Philippe Rey, 2007. 220 pages. Prix de vente TTC : 17 €.

 

 

Gisèle Pineau

De parents guadeloupéens, Gisèle Pineau a grandi en région parisienne, puis a partagé sa vie entre la Guadeloupe et Paris où elle réside aujourd'hui. Son oeuvre est étudiée dans le monde entier. Elle a publié une dizaine de romans dont La Grande Drive des esprits (Le Serpent à plumes, 1993) et Fleur de barbarie (Mercure de France, 2006). Elle est également auteure de romans pour la jeunesse publiés aux éditions Dapper Caraïbes sur Seine (1999) et Les Colères du volcan (2004).
Gisèle Pineau a obtenu de nombreux prix : en 1994, Prix Carbet de la Caraïbe et Grand Prix des lectrices de Elle pour La Grande Drive des esprits ; en 1996, Prix RFO pour L'Espérance macadam (Stock, 1995), Prix Terre de France (Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, 1996) et Prix du Rotary (1997) pour L'Exil selon Julia (Stock, 1996) ; en 1998, Prix Amerigo Vespucci pour L'Âme prêtée aux oiseaux (Stock, 1998).


 

English Version
Exemple de Flash