Spectacles

Go Zamb'Olowi (« Au bout du fleuve »)

Cycle consacré au cinéma gabonais

Vendredi 20 octobre, 20 h30

Gabon, 1996, 25 min, fiction fantastique
Réalisation Léon Imunga Ivanga
Avec Philippe Mory, Geneviève Issèmbè, Edmione Zougha

L'histoire commence par la fuite sur le fleuve d'une jeune fille dont le père a été tué par l'Ekuya, génie malfaisant de la forêt. Ampouwin trouve et recueille la jeune fille qu‘elle baptisera du nom de Owanga (« Leurs de l'aube ). Puis la conduit au village qui l'adopte.

Les années passent et Owanga ne parle pas. Elle ne retrouvera la parole qu'en tuant le génie accomplissant la rupture entre l'imaginaire et la réalité. Le temps du film coule comme le fleuve de la vie et l'histoire d'Owanga. Ce scénario original nous rappelle avec finesse et douceur que, dans la grande initiation de la vie, dominer ses peurs revient à lutter avec ses propres démons.

En présence de Philippe Mory et Imunga Ivanga

IMUNGA IVANGA
Né en 1967 à Libreville, Imunga Ivanga obtient une maîtrise de lettres puis part faire des études de cinéma à la FEMIS. Il se spécialise dans l'écriture de scénarios pour des courts métrages, des clips et des documentaires. Mais il écrit aussi pour des cinéastes comme Bassek Ba Kobhio, Roland Duboze… Il débute dans la réalisation avec Le Départ (1993) court métrage de fiction conçu à la FEMIS. Il poursuit avec N'Gwa, Musicien ! un portait du compositeur gabonais installé en France. Puis Imunga Ivanga s'exerce à l'animation avec La Mouche et Le Nganga parieur (1995) et réalise un court métrage, La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf, la même année. La vidéo est l'outil privilégié du cinéaste qui l'emploie sur les Tirailleurs d'ailleurs (1995), document sur des vétérans de la seconde guerre mondiale. Mais le grand écran attire le jeune gabonais. Il tourne au pays, en 1998, Go Zamb'olowi («Au Bout du fleuve») court métrage sur une légende autour d'une enfant dont le père est tué et Dôlé son premier long métrage Ce film a obtenu le prix spécial du jury au Festival de Cannes Junior en mai 2000, le Tanit d'Or aux journées cinématographiques de Carthage (la même année) puis le prix du meilleur scénario au Fespaco (à Ouagadougou) en 2001. Il revient au documentaire avec Les Flots de Libreville et vient de terminer son dernier long métrage L'Ombre de Liberty.

English Version
Exemple de Flash