Version Mobile
bientôt disponible

Prêt passé

Helena Rubinstein : La Collection De Madame

Musée du quai Branly - Jacques Chirac, Paris

partager

pdf

19 11 . 19

27 09 . 20

À propos

Commissaire

Hélène Joubert

Dates

Du mardi 19 novembre 2019 au dimanche 27 septembre 2020

Description

Personnalité hors-norme, première femme d’affaires du XXe siècle, self-made-woman affranchie et visionnaire… Si les superlatifs fusent pour décrire l’ascension vertigineuse d’Helena Rubinstein (1870-1965), l’Impératrice de la beauté selon Cocteau, on en oublie parfois son parcours de collectionneuse aguerrie et son rôle pionnier dans la reconnaissance des arts africains et océaniens en Europe et outre-Atlantique. Construite essentiellement à Paris, au gré de ses rencontres, « la collection de Madame », aujourd’hui dispersée, rassemblait plus de 400 pièces d’art extra-européen, précieux gardiens de reliquaires kota ou fang, pièces d’exception baoulé, bamana, senoufo ou dogon, qui voisinaient avec les œuvres de peintres et sculpteurs de la modernité, Chagall, Braque ou Picasso, et beaucoup d’autres domaines de collection.

À travers une soixantaine de pièces, l’exposition met à l’honneur sa passion pour les arts extra-occidentaux, principalement l’art africain, et sa fascination pour leur intensité expressive et leur caractère. Des arts qu’elle a découverts dans les années 1910, au contact du sculpteur Jacob Epstein puis de collectionneurs d’avant-garde parisiens, et qu’elle mettra un point d’honneur à mettre en valeur dans ses intérieurs de Paris, New-York et Londres mais aussi, dans un souci d’éducation de sa clientèle féminine, dans ses salons de beauté du monde entier et en participant à de grandes expositions.

La presse en parle

Collection Helena Rubinstein au Quai Branly : des masques et statuettes énigmatiques

Claire Gilly

09 janvier 2020

Intitulée « Helena Rubinstein. La collection de Madame », l’exposition, qui a lieu au Musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris jusqu’au 28 juin, réunit des pièces rares réalisées entre le XVIIe siècle et le début du XXe siècle. Des masques, statuettes et autres objets ayant appartenu à Helena Rubinstein (industrielle polonaise, fondatrice de la société cosmétique éponyme, née Chaja Rubinstein le 25 décembre 1872 à Cracovie alors en Autriche-Hongrie et morte le 1ᵉʳ avril 1965 à New York aux Etats-Unis) proposent au public une relecture des arts africains et océaniens. Voici un aperçu en images commentées par Hélène Joubert, la commissaire de l’exposition.
Découvrir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/