Version Mobile
bientôt disponible

Exposition en cours

Ndary Lo, rétrospective

  • Lieu

    Dakar (Sénégal) - Ancien Palais de Justice, Cap Manuel

partager

03 05 . 18

02 06 . 18

À propos de l'exposition

COMMISSAIRES

Christiane Falgayrettes-Leveau et Sylvain Sankalé

SCÉNOGRAPHIE

Christiane Falgayrettes-Leveau et Richard Piegza

Informations / horaires

Accès gratuit
Ouvert tous les jours, de 10 h 30 à 18 h 30

L'exposition

Dans le cadre de la treizième édition de la Biennale de Dakar placée sous l’égide du ministère de la Culture de la République du Sénégal, un hommage est rendu à l’artiste Ndary Lo, disparu en juin 2017. L’exposition, conçue par la Fondation Dapper, est présentée dans une des salles de l’ancien Palais de Justice de Dakar.

L’univers plastique de Ndary Lo, porté par un langage formel épuré, donne à voir des corps en mouvement, des corps en tension. Les sculptures entretiennent les unes avec les autres des relations dynamiques qui affichent des correspondances de formes imposées entre autres par le matériau privilégié de l’artiste : le fer à béton.

Des personnages, hommes, femmes, grandis à l’infini – il arrive que la tête, les bras soient absents, comme sectionnés –, poursuivent d’interminables dialogues. Ils partagent les mêmes gestes, créant ainsi des séries de « Marcheurs » infatigables ; d’«Envols», créatures filiformes en apesanteur prêtes à se perdre dans les airs ; des « Bras levés » vers le ciel pour offrir les prières des humains qui, dans un élan mystique, confèrent aux arbres le rôle d’intercesseurs auprès du divin.

La démarche de Ndary Lo se révèle ambivalente : des sculptures gravides au corps lourd exhibent un ventre gonflé, déformé par la poussée de têtes de poupées en celluloïd blanchâtre, accumulées. Les orbites sont vides, les yeux ont été enlevés. La mort qui s’annonce… et qui semble dessiner d’immenses figures faites principalement de fers à béton, d’ossements nettoyés et de quelques matériaux de récupération.

L’art de Ndary Lo mêle composition codifiée et rigoureuse, ascétisme et poésie, pour construire des figures récurrentes, puissantes, qui évoquent les univers indissociables que sont l’existence matérielle et le religieux. Cette quête spirituelle permanente oriente la démarche et nourrit les thèmes.

Mais des écarts s’introduisent parfois, travaillent des œuvres qui s’affranchissent et enrichissent la pratique artistique, à découvrir au sein de l’exposition Ndary Lo, rétrospective.

 

Dans le cadre de

Les partenaires de l'exposition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/