Version Mobile
bientôt disponible

Actualité

Disparition d’Ezio Bassani

  • Date

    10 . 09 . 18

partager

Nous venons de perdre un ami. Ezio Bassani n’est plus. Il nous a quittés le 4 août à Varèse, dans son Italie natale. De renommée internationale, cet historien de l’art avait collaboré avec les plus grandes institutions publiques ou privées pour lesquelles il avait organisé des expositions majeures. Celles-ci étaient toujours accompagnées de publications de référence.

À la demande de Michel Leveau, le président de la Fondation Dapper, Ezio Bassani avait conçu Œuvres d’art et objets africains dans l’Europe du XVIIe siècle, qui parallèlement à Ouvertures sur l’art africain au musée des Arts décoratifs, fut l’une des expositions inaugurales du musée Dapper qui avait ouvert ses portes en mai 1986.

Ezio Bassani fut le premier chercheur à effectuer un large inventaire – inlassablement mis à jour – des objets africains conservés dès la fin du XVe siècle dans les collections européennes les plus anciennes et notamment dans les cabinets de curiosités. Grâce à son travail, on découvrit le raffinement des ivoires « afro-portugais », cuillers, fourchettes, salières, coupes et boîtes, réalisés en Afrique par des artistes autochtones pour des commanditaires européens, nobles et riches bourgeois.

L’Europe du XVIIe siècle avait soif de découvertes venues de terres lointaines. Rois, princes, membres de la cour, marchands et divers amateurs collectionnaient des instruments de musique, des vanneries, des armes et bien d’autres insignes.

Esthète, Ezio Bassani privilégiait avant tout les qualités plastiques des œuvres qu’il sélectionnait pour ses grandes expositions consacrées à la sculpture. Ainsi, les vestiges d’anciennes civilisations – terres cuites d’Ife et bronzes de l’ancien royaume du Bénin, par exemple, occupèrent une place privilégiée au sein de ses choix. Par ailleurs, Ezio Bassani s’est longuement consacré à l’étude des grandes traditions sculpturales. En analysant les caractéristiques de groupes d’œuvres appartenant aux mêmes cultures ou à d’autres apparentées, il a pu relever des traits communs permettant d’identifier la « main » d’un maître sculpteur ou des caractéristiques stylistiques propres à un atelier. Ainsi, les œuvres exceptionnelles de l’exposition Le Grand Héritage, présentée au musée Dapper en 1992, témoignaient pleinement du savoir-faire des sculpteurs. Même si leurs noms sont rarement parvenus jusqu’à nous, Ezio Bassani a tiré les artistes de l’anonymat et a rendu hommage à leur talent à travers leurs créations.

 

Christiane Falgayrettes-Leveau

 

Biographie :

Né en 1924, Ezio Bassani, après avoir édifié l’inventaire de la sculpture africaine dans les musées italiens, est chargé en 1977 par Carlo Ludovico Ragghianti de l’enseignement de l’histoire des arts africains à l’Università Internazionale dell’Arte, à Florence, dont il est élu au comité scientifique. Il a dirigé de nombreux catalogues d’expositions, comme Africa and the Renaissance – Art in Ivory (avec William Fagg, New York, Center for African Arts, 1988 / Houston, The Museum of Fine Arts, 1989), La granda scultura dell’Africa Nera (Florence, Forte Belvedere, 1989), Le Grand Héritage (Paris, musée Dapper, 1992), Africa, Capolavori da un continente (Turin, Galerie d’art moderne, 2003), Arts of Africa : 7 000 ans d’art africain (Monaco, Grimaldi Forum, 2005), Ivoires d’Afrique dans les anciennes collections françaises (Paris, musée du quai Branly, 2008). Ezio Bassani a également collaboré à des expositions importantes comme Primitivism in 20th Century Art (New York, Museum of Modern Art, 1984), Circa 1492 – Art in the Age of Exploration (Washington, DC, National Gallery, 1991). Il est intervenu dans de nombreux congrès internationaux et a collaboré à d’importantes revues. Il a également donné des cours et conférences dans les plus grandes universités et les musées les plus prestigieux du monde.

 

Principales publications :

  • Bassani Ezio, Scultura africana nei musei italiani, Bologna, Calderini (coll. « Musei d’Italia » ; 12), 1977.
  • Bassani Ezio, Gli antichi strumenti musicali dell’Africa nera : dalle antiche fonti cinquecentesche al « Gabinetto armonico » del Padre Filippo Bonanni, Padoue, Zanibon, 1978 .
  • Bassani Ezio, « Œuvres d’art et objets africains dans l’Europe du XVIIe siècle », in Christiane Falgayrettes (dir.), Ouvertures sur l’art africain, Paris, Fondation Dapper, 1986, p. 64-86.
  • Bassani Ezio, Un cappuccino nell’Africa Nera del Seicento : i disegni dei « Manoscritti araldi » del padre Giovanni Antonio Cavazzi da Montecuccolo, Milan, Quaderni Poro, n° 4, 1987.
  • Bassani Ezio et Fagg William B., Africa and the Renaissance. Art in Ivory, New York, The Center for African Art, Prestel Verlag, 1988.
  • Bassani Ezio et McLeod Malcolm D., Jacob Epstein, Collector, Milan, Associazione Poro, 1989.
  • Bassani Ezio, « Cuillers africaines pour les princes de la renaissance », in Christiane Falgayrettes, Ezio Bassani, Christopher D. Roy et al., Cuillers sculptures, Paris, Éditions Dapper, 1991, p. 49-59.
  • Bassani Ezio (dir.), Le Grand Héritage, sculptures de l’Afrique noire, Paris, Éditions Dapper, 1992.
  • Bassani Ezio, « Réceptacles anciens », in Christiane Falgayrettes-Leveau, Joseph Aurélien Cornet, Marie-Louise Bastin et al., Réceptacles, Paris, Éditions Dapper, 1997, p. 233-273.
  • Bassani Ezio, African Art and Artifacts in European Collections 1400-1800, Londres, British Museum Press, 2000.
  • Bassani Ezio, Arte dell’Africa nera : una collezione per il nuovo centro delle culture extraeuropee, Milan, Florence, ArtificioSkira, 2000.
  • Bassani Ezio, Zagourski. L’Afrique disparue dans la collection de Pierre Loos, Skira, 2001.
  • Bassani Ezio, Bockemühl Michael et McNaughton Patrick, Formes et figures. L’art africain dans la collection Horstmann, Milan, Paris, Skira, Le Seuil, 2002.
  • Bassani Ezio, Africa : capolavori da un continente, Galleria d’arte moderna, Turin, Florence, ArtificioSkira, 2003.
  • Bassani Ezio, Afrique. Aux origines de l’art moderne, Milan, Skira, 2004.
  • Bassani Ezio, Arts of Africa. 7000 ans d’art africain, Monaco, Grimaldi forum, Skira, 2005.
  • Bassani Ezio, Quando Dio abitava a Ife : capolavori dall’antica Nigeria, Florence, Artificio, 2005.
  • Bassani Ezio, « L’animal dans l’ivoirerie ancienne de l’Afrique », in Christiane Falgayrettes-Feveau (dir.), Animal, Paris, Éditions Dapper, 2007, p. 119-127.
  • Bassani Ezio, L’Art africain, Milan, Skira, 2012.
  • Pezzoli Gigi, Zevi Claudia, Bassani Ezio et Homberger Lorenz, Africa – La terra degli spiriti, Milan, 24 ORE Cultura, MUDEC museo delle culture, 2015.

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à votre recherche et l'utilisation de fonctionnalités personnalisées.

/